Sertillanges, Thomas

RS Icon White Border

Par Evi Markouizou

 thomas 2 Au fur et à mesure que je recherchais du matériel pour l’analyse littéraire que j’ai réalisée pour la pièce théâtrale “Cyrano de Bergerac” dans mon livre “La route vers Sorbonne C1-(2013-2014)”, j’avais la chance de me collaborer avec Thomas Sertillanges ! Il n’a pas hésité à me disposer des notes nécessaires et à répondre certainement à toutes mes questions posées. Aujourd’hui, il est considéré comme spécialiste de Cyrano de Bergerac vu qu’il a avoué une grande partie de sa vie à l’étude de ce personnage de théâtre et de son créateur Edmond Rostand.

Mais, en réalité, Thomas Sertillanges est un homme de différents talents, une personnalité qui a contribué sa pierre à la civilisation française à travers son œuvre. On le rencontre avec ses amis Cyrano et Tintin pendant qu’il nous rencontre comment il s’est occupé de la radio, de la télé, du théâtre, du cinéma, de l’écriture !

Evi Markouizou
Qui est-ce Thomas Sertillanges ?
Thomas Sertillanges
Un homme né en 1947 à Nice, au bord de cette même Méditerranée qui baigne les côtes grecques, signe indéniable d’une réelle proximité !

 

Evi Markouizou
Quelles sont vos études?
Thomas Sertillanges
Je n’ai pas fait de grandes études, et il m’est arrivé de le regretter, notamment quand je devais encourager mes enfants à poursuivre les leurs ! A l’adolescence je n’avais que le théâtre en tête. J’ai donc été élève du conservatoire d’Art dramatique de Nice et j’ai ensuite suivi des cours privés de théâtre à Paris. Le fait d’être autodidacte m’a amené sur un parcours de vie plutôt original et je n’ai jamais cessé d’apprendre à travers toutes les activités qui ont été les miennes ou qui le sont encore.
Evi Markouizou
Quel était votre premier métier? Quels sont vos souvenirs de cette époque-là ?
Thomas Sertillanges
Comédien bien sûr mais force est de constater que le théâtre vivait très bien sans moi et qu’il ne m’attendait pas. Ce furent des années de joyeuses galères ! Jusqu’à 27 ans j’ai donc alterné théâtre et petits boulots jusqu’à ce que je rencontre un professionnel de radio, Yann Hegann, avec lequel s’est noué une longue amitié qui se poursuit aujourd’hui. J’ai alors eu une idée d’émission, je l’ai proposée à France-Inter… et j’y suis resté sept ans !
Je concevais et animais des émissions sur des sujets très variés, comme la comédie musicale, le cinéma d’épouvante, la conquête de l’Ouest américain, beaucoup d’interviews de personnalités aussi. Parallèlement, je travaillais aussi pour une radio locale de Radio-France et pour la Radio Suisse. Mon rêve alors était d’avoir ma propre station pour faire exactement la radio dont j’avais envie. En 1978, suivant l’exemple italien où des centaines de radios pirates commençaient à émettre sur la bande FM, j’ai créé la mienne, Génération 2000. Nous étions pourchassés par la police car il existait alors un monopole d’Etat pour la radiodiffusion ! Tout a changé en 1981 quand François Mitterrand a été élu président de la République et qu’une nouvelle loi a autorisé les radios privées. Ce fut une époque très joyeuse mais difficile sur le plan économique car la publicité n’était pas encore autorisée sur les ondes.
Comme le monde de l’entreprise m’attirait aussi et j’ai donc cédé cette radio et quitté France-Inter pour fonder une première société spécialisée dans le conseil aux entreprises et l’audiovisuel. Je l’ai dirigée pendant 15 ans avant de devenir consultant indépendant, ce que je suis encore aujourd’hui.

 

Evi Markouizou
Êtes-vous une personne de grandes passions? Selon une interview donnée au site sceneario.com, vous êtes passionné de Tintin. Cela est vrai?
Thomas Sertillanges
Je me méfie de ce mot de passion car la passion est souvent destructrice. J’aime Tintin comme un vieux copain que je fréquente depuis l’enfance et donc, forcément je le connais bien ! J’ai eu envie de comprendre, de décrypter les textes, de fouiller les images des albums, de dénicher les énigmes et de les résoudre. Bref, chercher les choses derrière les choses !

 

Evi Markouizou
Que Hergé représente-t-il pour vous ?
Thomas Sertillanges
J’ai naturellement le plus grand respect et la plus grande admiration pour le créateur de Tintin et de sa famille de papier qui enchantent des générations et qui suscitent toujours autant d’intérêts, que ce soit d’une manière intellectuelle à travers tous les ouvrages qui lui sont consacré, ou même financière quand on voit les sommets qu’atteignent le prix de ses œuvres dans les ventes aux enchères. Cependant tout mon intérêt s’est porté vers Tintin plutôt que vers Hergé. Et je continue à le lire, comme les petits et les grands enfants !

 

Evi Markouizou
L’avez-vous lié à votre enfance ?
Thomas Sertillanges
Je suppose que la très grande majorité de ceux qui aiment Tintin l’ont découvert dans leur enfance. Il se trouve que dans les domaines de l’imaginaire, je suis resté très proche de mes jeunes années. Ma découverte de Tintin s’est faite avec l’album l’Affaire Tournesol offert par ma mère quand j’avais 7 ans. L’action se situe en partie à Genève et sur les bords du lac Léman en Suisse. Or, ma mère, ma sœur et moi, allions souvent dans cette région voir des amis. Je retrouvais donc dans la réalité des paysages que je voyais aussi dans cet album. C’est peut-être ainsi que Tintin a commencé à être réel dans mon esprit !
Evi Markouizou
Pouvez-vous nous parler de votre livre “La vie quotidienne à Moulinsart” ? Comment avez-vous abouti à son écriture ?

La vie quotidienne à Moulinsart

Thomas Sertillanges
Mon point de départ est un mystère que l’on trouve dans l’album Le Secret de la Licorne où l’on apprend que le roi Louis XIV a donné un château à l’ancêtre du célèbre capitaine Haddock pour le remercier des services rendus à la couronne de France. Si on lit cela au premier degré, puisque Louis XIV a réellement existé, c’est donc que l’ancêtre du capitaine aussi, donc le capitaine lui même, donc Tintin aussi sont réels ! Et poursuivant la logique jusqu’au bout, Hergé n’est donc pas le créateur de Tintin mais son biographe ! C’est tout l’enjeu d’une bonne partie de mon livre de démontrer cela ! Il s’adresse à tous ceux qui aiment Tintin mais on l’apprécie d’autant mieux que l’on connaît bien les albums ou qu’on les a sous la main pour pouvoir vérifier ce que j’affirme, images à l’appui.
Evi Markouizou
Quand et pourquoi avez-vous décidé de créer le site laviequotidienneamoulinsart.fr ? Qu’est-ce qu’on peut y trouver?
Thomas Sertillanges
J’ai reçu beaucoup de courrier de lecteurs. Certains m’apportaient de nouvelles informations, d’autres ouvraient une polémique amicale et j’ai créé ce site pour prolonger le dialogue avec eux. Mais quand Cyrano de Bergerac qui sommeillait en moi depuis longtemps a commencé à se réveiller, il a progressivement pris la place de Tintin. Je ne m’occupe plus vraiment de ce site. En revanche, il m’arrive de temps en temps de donner une conférence ou d’écrire des articles pour des magazines lorsqu’on me sollicite. Aujourd’hui, c’est Cyrano qui mobilise l’essentiel de l’énergie que je consacre à mes deux grands amis.
Evi Markouizou
Quand avez-vous lu Cyrano pour la première fois ?
Thomas Sertillanges
Je ne sais pas. Sans doute assez jeune aussi puisque très tôt je lisais des classiques, Molière notamment. Nous organisions des spectacles avec mes copains du voisinage quand nous avions une dizaine d’années. Ensuite, la sublime déclaration d’amour de Cyrano à Roxane sous le balcon m’a beaucoup servi pour émouvoir les jeunes filles ! Et avec Cyrano il s’est passé la même chose qu’avec Tintin, l’envie de comprendre les personnages, de les étudier, de les faire entrer dans mon univers, ou plutôt de tenter de rentrer dans le leur. C’est ainsi que, partant du Cyrano créé par Rostand, j’ai eu envie de remonter à sa source, c’est-à-dire au vrai Savinien Cyrano.

 

Evi Markouizou
Aujourd’hui vous êtes considéré comme le spécialiste d’Edmond Rostand et de Cyrano de Bergerac. Acceptez-vous cette appellation ?
Thomas Sertillanges
Non, non, je la récuse absolument. Je suis ce qu’on peut appeler un « amateur éclairé ». J’ai un certain attachement pour Edmond Rostand, j’ai bien sûr beaucoup lu sur lui. Donc je connais assez bien sa vie, mais ce mot de spécialiste ne me convient pas. La dimension affective est essentielle, donc, je suis un amateur car dans « amateur » on trouve le verbe aimer.

 

Evi Markouizou
Qu’Edmond Rostand représente-t-il pour vous ?
Thomas Sertillanges
Je suis tenté de répondre que Rostand représente pour Cyrano ce que représente Hergé pour Tintin, les auteurs d’ouvrages qui me passionnent mais les auteurs m’attirent moins que les héros qu’ils ont créés. Cependant, je m’intéresse plus à la vie de Rostand qu’à celle d’Hergé. Ils se rejoignent sur plusieurs points : avoir connu le succès très jeunes, être célèbres pour essentiellement une seule œuvre, Cyrano pour Rostand, Tintin pour Hergé, avoir eu une vie personnelle que l’on ne peut pas, je crois, qualifier d’heureuse et épanouie, et d’avoir connu les affres de la dépression. Il y a aussi la dimension historique de la vie de Rostand au 19e siècle qui m’attire plus que l’histoire contemporaine de Hergé.

 

Evi Markouizou
Cyrano de Bergerac ; le monde le connaît-il vraiment ?
Thomas Sertillanges
Non. Beaucoup de personnes ignorent que Cyrano a réellement existé. C’est la raison pour laquelle ma conférence commence par parler du vrai Cyrano, puis d’Edmond Rostand, et enfin du héros de théâtre, de cinéma, d’opéra, de comédie musicale… Cyrano a inspiré tous les arts et tous les artistes.

 

Evi Markouizou
Quelle est la différence entre le Cyrano historique et le Cyrano de Rostand ?
Thomas Sertillanges
Je crois que plus on aime le Cyrano de Rostand plus on en envie de connaître le vrai. Et inversement : plus on connaît le vrai, plus on se rend compte que Rostand s’en est magnifiquement inspiré, reprenant beaucoup de traits de sa vie et de son caractère, à l’exception de l’histoire d’amour avec Roxane qui reste une création du poète.

 

Evi Markouizou
Qui est-ce Cyrano de Bergerac en réalité selon vous ?
Thomas Sertillanges
Au sens du 17e siècle, c’est un libertin, c’est-à-dire un homme dont la pensée est libre. Sa pensée s’intéresse à la raison, pas aux dogmes. Ce qui l’amène à s’opposer à toutes les idées reçues, qu’il s’agisse de religion ou de sciences, lesquelles à l’époque sont étroitement mêlées. Politiquement aussi, il se voulait indépendant des pouvoirs. Ainsi, il a écrit : « Il n’y a ni Français, ni Allemand, ni Espagnol, il n’y a que des citoyens du monde ». Ecrire cela alors que ces trois pays sont alors en guerre les uns contre les autres, montre en effet une grande indépendance d’esprit. On se sait d’ailleurs toujours pas si cette poutre qui lui est tombée sur la tête dans la rue – est tombée par hasard ou s’il s’agit d’un acte prémédité destiné à le tuer.

 

Evi Markouizou
Pourquoi avez-vous créé le site cyranodebergerac ?
Thomas Sertillanges
En 2000, j’ai crée l’association des Amis du Musée Cyrano de Bergerac pour que ce personnage ait un lieu qui lui soit dédié. Parallèlement j’ai crée ce site qui est à la fois un site d’information et un musée virtuel. Il annonce les spectacles, publie des contributions d’internautes passionnés et recense le maximum de faits et d’images. Ainsi, j’ai recensé plus de 500 comédiens ayant joué le rôle depuis sa création dans différents pays.

 

Evi Markouizou
Voulez-vous que le monde s’informe de cet esprit littéraire ou de son personnage unique qui atteint de l’âme de chaque personne ?
Thomas Sertillanges
Je ne pense pas avoir une mission universelle ! Je partage simplement ce que j’aime avec ceux qui le souhaitent.

 

Evi Markouizou
Parlez-nous de votre exposition “Il était une fois Cyrano(s)”. Quand avez-vous commencé votre collection de Cyrano et d’Edmond ?
Thomas Sertillanges
On ne sait jamais comment commence une collection. Je ne crois pas qu’un matin on se réveille en se disant : « Je vais créer une collection ! ». Au hasard d’une promenade dans une brocante, on trouve un objet, puis un autre.. A l’occasion d’un anniversaire, l’épouse ou un enfant vous offre un livre, puis un ami vous avertit qu’il a vu une affiche… Ce n’est que progressivement que les choses se construisent avant que cela devienne un projet structuré. Aujourd’hui, cette collection, que je partage avec ma femme Kathia David, est sans doute l’une des plus importantes. L’exposition « Il était une fois Cyrano(s) de Bergerac” en est la suite logique car le plaisir du collectionneur ne réside pas dans la simple découverte et l’accumulation, mais aussi et surtout dans celui de montrer sa collection, de la partager.

 

Evi Markouizou
Pourrait-on dire que le cinéma constitue une autre grande passion pour vous ?
Thomas Sertillanges
Non. Je n’avais plus joué au théâtre ou à la télévision depuis plus de trente ans quand un premier réalisateur puis un deuxième m’ont demandé de leur donner un coup de main pour les films qu’ils réalisaient. J’ai ainsi interprété un musicien des rues, un académicien du 19e siècle, le maire d’un petit village soupçonné de meurtre, un présentateur de télévision… J’ai ainsi renoué avec mes jeunes années et cela a été un grand plaisir car je n’ai jamais perdu le gout de jouer la comédie.

 

Evi Markouizou
Est-ce qu’il y a une autre passion que Thomas Sertillanges voudrait partager avec nous ? Par exemple, préférez-vous écrire ou lire ?
Thomas Sertillanges
Ce n’est pas en terme de préférence que la question se pose. J’aime naturellement beaucoup lire, je lis beaucoup et mes goûts sont très éclectiques. En revanche, si écrire est aussi un plaisir, c’est aussi un travail.

 

Evi Markouizou
Aujourd’hui, de quoi vous occupez-vous ?
Thomas Sertillanges
De tout ce qui précède ! Quelques dossiers professionnels, des articles sur Tintin, le projet de musée Cyrano. Et le plaisir d’être présent pour ma famille et de lui donner au moins autant que ce qu’elle m’a donné.

 

Evi Markouizou
Je vais vous donner quelques mots et je voudrais que vous me donniez le mot auquel vous pensez.
Evi Markouizou
France
Thomas Sertillanges
Liberté
Evi Markouizou
Grèce
Thomas Sertillanges
Espoir
Evi Markouizou
Famille
Thomas Sertillanges
Socle
Evi Markouizou
Tintin
Thomas Sertillanges
Aventure
Evi Markouizou
Cinéma
Thomas Sertillanges
Divertissement
Evi Markouizou
Radio
Thomas Sertillanges
Souvenir
Evi Markouizou
Cyrano de Bergerac
Thomas Sertillanges
Romantisme
Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.