L’Arc de Triomphe

«L’Arc de Triomphe» ou autrement «L’Arc de triomphe de l’Etoile» d’haut de 50 mètres constitue un édifice du néoclassisme romantique.Il s’agit d’un monument historique impressionnant qui domine le centre de la capitale française sur la place de l’Etoile.

L’Arc de Triomphe

Le premier empereur français, Napoléon 1er, connu sous le nom Napoléon  Bonaparte, en essayant de relever le moral de ses soldats, au lendemain de la bataille des «Trois Empereurs» à Austerlitz de la République Tchèque (1er décembre 1805), déclare à son armée : «Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de Triomphe». Il tient sa promesse et après quelques mois (18 février 1906); il ordonne pr un décret impérial la construction d’un arc, pour que tous les gens se souviennent les victoires des armées françaises. L’architecte  Jean – François – Thérèse Chalgrin commence à dessiner l’arc et il collabore avec Jean – Arnaud Raymond, architecte aussi, mais à cause de l’opinion différente, le dernier se retire. La construction de l’édifice débute le 15 août 1806 mais elle est interrompue en 1814, après le mauvais résultat des actions militaires. Au début, en 1812 l’invasion française se réalise en Russie, mais l’armée de Napoléon est détruite presque totalement par les armées russes et elle souffre de froid et de famine. Ensuite, en 1814, Napoléon 1er affronte à l’Est de la France l’invasion des armées de la Russie, de la Prusse, de l’Autriche, de la Suède, du Royaume – Uni et de qualques états allemands. En essayant de conserver son trône,  il organise de la meilleure façon sa campagne, mais finalement il n’ a pas le résultat désiré et après son abdication, la chute du Premier Empire suit avec l’éxil de Napoléon à l’île d’Elbe.

Les travaux de la construction de l’arc commencent de nouveau en 1824 par le roi de la France Louis XVIII et les architectes de l’oeuvre sont Louis – Robert Goust et Huyot. La même année, le roi décède et de ce moment l’oeuvre est continuée par le successeur du roi   Louis – Philippe d’Orléans et avec lui la construction s’accomplit en 1836. L’inauguration de l’Arc de Triomphe  a lieu le 29 juillet 1836 mais sans la présence du roi, de crainte d’un nouvel attentat contre lui, comme celui le 25 juin de la même année. Après que l’arc avait été inauguré, du banquet a été réalisé pour les trois cents invités.

«L’Arc de Triomphe» se trouve sur la place de l’Etoile, qui est le rond – point de douze avanues formant une étoile autour de la place et leur percement est devenu au 19ième siècle,  dans un effort pour le changement de la forme déjà existée de Paris. Le roi  Napoléon III avait séjourné en Angleterre pendant les années 1846 – 1848 et il avait été impressionné par les changements réalisés à la ville de Londres. En particulier, Londres, qui avait détruit par l’incendie de 1666, a été reconstruit en constituant un protype comme le centre d’urbanisme. En voyant, donc, la nouvelle ville de Londres, il décide de changer la capitale française qui rappelait jusqu’à ce moment – là  le Moyen – Âge, avec rues sombres et insalubres. L’effort pour la transformation de la ville se met en route sous la campagne «Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie» et la contribution du préfet de la Seine, du Baron Georges Eugène Haussmann, est remarquable. En voulant de montrer la valeur des monuments de Paris, il met en branle la construction des places et des avenues, parmi lesquelles c’est la place de l’Etoile, devenue la place Charles de Gaulle depuis 1970 en l’honneur de ce général et homme d’état français, qui a fondé la Ve République et il était son premier Président pour la période 1959 – 1969.

La place de l’Etoile (La place de Charles de Gaulle)
Η πλατεία του Αστεριού (σήμερα η πλατεία Σαρλ ντε Γκώλ)

Les visiteurs de la capitale française peuvent arriver à l’ «Arc de Triomphe» à travers un passage souterrain et admirer la vue excellente soit en montant les 284 marches soit en utilisant l’ascenseur. Parallèlement, ils peuvent voir les reliefs qui figurent des moments historiques importants, étant donné qu’il s’agit d’un édifice de forme triomphale provenue par l’architecture des Romains. En particulier, pendant l’Empire Romain, des arcs de triomphe étaient construits aux rues centrales, aux places, aux rond – points, dédiés à une personne ou à un fait important et ils étaient décorés de réliefs, d’inscriptions, de statues. Parmi les plusieurs réliefs de l’Arc de Triomphe, les quatres haut – réliefs se distinguent : «Le Départ des volontaires» nommé plus tard «La Marseillaise», qui a été construit par le sculpteur français François Rude , «Le Triomphe de Napoléon», construit par le sculpteur français Jean – Pierre Cortot, «La Résistance» et «La Paix», construits par le sculpteur français Antoine Étex.

Ce sont remarquables les boucliers sur lesquels sont gravés les noms des batailles réalisées pendant le Premier Empire Français de Napoléon 1er et la Révolution Française (1789 – 1799) et les listes sur lesquelles sont gravés les noms de 660 personnalités qui ont sparticipé à ces batailles. «La Tombe du Soldat Inconnu» est installée  sous l’arc le 11 novembre 1920 et il représente tous les soldats français tués à la Première Guerre Mondiale (1914 – 1918). Quelques ans plus tard, une gueule de canon a été placé au centre d’un bouclier de bronze pour accueillir «La Flamme Eternelle ou La Flamme du Sovenir» qui est allumée pour la première fois le 14 novembre 1923 par le ministre de Guerre André Maginot. Il s’agit d’une flamme du caractère symbolique en l’honneur des soldats morts au combat et son ravivage se réalise de cette époque – là jusqu’aujourd’hui chaque jour à 18:30 par les mebres, des hommes non plus militaires ou des anciens combattants, de l’association «La Flamme sous l’Arc de Triomphe». En février 2008, c’était l’inauguration d’une sorte de multimédia, créée par l’artiste Maurice Benayoun et l’architecte Christophe Girault, à travers laquelle chacun peut lire l’histoire française.

«L’Arc de Triomphe» constitue un monument de signification historique, qui provoque l’enthousiasme de ses visiteurs en faisant la liaison entre le passé et le présent. En même temps, c’est le protagoniste de l’époque contemporaine, soit qu’il participe aux films, soit qu’il figure sur des timbres, soit qu’il devienne le témoin des événements importants comme l’éclipse partielle de Soleil en 1994.

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.