Bosco, Henri (1888 – 1976)

Vers la fin du 19ème siècle le monde littéraire accueillera l’apparition d’un écrivain qui à travers ses œuvres prônera l’élément de la nature et sa force.

Fernand Henri Bosco, connu comme Henri Bosco, est né le 16 novembre 1888 à Avignon ; descendant d’une famille de l’origine italienne et en particulier de Gènes. Son père est tailleur de pierre, luthier et chanteur d’opéra. Sa mère n’a pas de tempérament artistique comme son mari mais elle s’occupe surtout du secteur de l’éducation. Elle apprend à son fils d’écrire, de lire et de l’âge de dix ans Henri suit des cours à l’école des Ortolans.

En 1909,  il prend sa licence par l’Université de Grenoble, puisqu’il achève ses études aux humanités grecques et latines. Ensuite, il prend part avec réussite à un concours public afin d’enseigner la langue, la littérature et la civilisation de l’Italie aux établissements  français de l’enseignement secondaire et supérieur. En plus, il s’occupe du décryptage des inscriptions anciennes et il participe à la restauration du château de Lourmarin qui a lieu pendant les années 1921 – 1925.

En 1924, il se trouve à Naples et il écrit son premier livre sous le titre «Pierre Lampedouze» dans lequel il décrit sa ville natale. Parallèlement, il étudie des archives liées à la ville de Pompéi perdue à l’éruption de Vésuve et il commence à rechercher son emplacement.

L’année 1930 est très importante pour lui étant donné qu’il se marie avec la Gersoise Marie Madeleine Rhodes et il écrit aussi son deuxième livre «Âne Culotte» qui sera publié en 1937. Ce livre sera le premier de la série «Hyacinthe» et après il sera suivi de : «Hyacinthe» (1940), «Le jardin de Hyacinthe» (1945), «Mon compagnon de songes» (1967).

Il quitte l’Italie et de l’année 1931 jusqu’en 1955 il restera au Maroc où il enseignera au lycée Gouraud. En 1945, il éditera le roman «Le Mas Théotime» et grâce à lui il obtiendra le Prix Renaudot. Il s’agit d’un prix littéraire qui a été créé par une équipe de dix journalistes et critiques littéraires en 1926. Pendant la même année il publie aussi le roman «L’enfant et la rivière» qui provoquera l’admiration et l’attendrissement des lecteurs à différents pays. Avec ce livre, Henri Bosco présentera les mystères et la beauté de la nature à travers les yeux infantiles de Pascalet.

Son action d’écriture sera continue jusqu’en 1980 avec le caractéristique que quelques années il présentera trois livres à son public, comme cela se passe en 1945, en 1950 et en 1956. En 1953,  il sera honoré par le Grand prix national des Lettres et en 1968 par le Grand prix du roman de l’Académie française. Ce prix est décerné au début d’octobre pour l’ensemble de l’œuvre d’un auteur et il constitue l’ouverture de la saison des prix littéraires français. Les distinctions ne s’arrêtent pas lorsqu’il est honoré du Prix des Ambassadeurs, décerné à un auteur de la langue française duquel le livre a du contenu historique ou politico – historique. Du surcroît, à un moment il devient commandeur de la Légion d’Honneur.

Les ans passent et Henri Bosco se retire du secteur de l’enseignement. Il décide de passer le reste de sa vie dans son bastidon à la région montagneuse  Luberon ; la montagne lui donne la possibilité d’étudier plus la nature et d’écrire pour elle. Il vivra avec les paysans, il admirera les fleurs, les amandiers et il glorifiera la beauté naturelle. Il écrira ses pensées, ses idées dans son journal et ses cahiers dont son ami fidèle Claude Girault deviendra le légataire après son décès. Henri abandonnera sa plume pour toujours le 4 mai 1976 où il rendra le dernier soupir à Nice et selon son désir son inhumation sera réalisée à Luberon. Pourtant son esprit d’écriture sera vivant à travers l’association Amitié Henri Bosco créée par lui – même à Nice en 1973.

Henri Bosco était un romancier français qui a réussit à mener le lecteur à un monde différent de celui qu’il connaît jusqu’à maintenant. En particulier,  il l’a transporté aux eaux dormantes des fleuves, il l’a présenté au chant des oiseaux, il l’a ébloui par la floraison des fleurs, il lui a rappelé les constantes de sa vie, c’est – à – dire la famille et l’amitié. Nous, nous pourrions lire un de ses livres et laisser notre âme voyager à travers la barque de l’écrivain vers les secrets de la nature.  

Les phrases présentées sont par le livre :

«L’enfant et la rivière»

La biographie d’Henri Bosco est disponible gratuitement sous forme de .pdf

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.